Incartade au Moyen-âge:Trésor porcelaine Ming retrouvée (1368-1644) ....

Information sublimissime sur une découverte incroyable !! Exception ici car c'est une info liée à l'Histoire Médiévale chinoise.....

Information sublimissime tout de même!!!!!

 

 

AFP - 17/06/2011 à 15:05

Un trésor de porcelaines Ming valant 70 millions de dollars dans une épave en Indonésie

Un trésor de 700.000 porcelaines chinoises, datant du XVIème siècle et dont la valeur est estimée à 70 millions de dollars, a été découvert dans une épave au large de l'île indonésienne de Java, a annoncé une société d'archéologie sous-marine portugaise.

  
  
Tresor ming retrouve dans une epave en indonesie
 
photo : Adek Berry, AFP

Il s'agit du "plus important stock de porcelaine de la période Ming" (1368-1644) découvert lors d'une mission sous-marine, a affirmé Arqueonautas Worldwide (AWW).

La mission de reconnaissance a été effectuée par son partenaire indonésien, RM Discovery, après la découverte de l'épave par des pêcheurs à la mi-2009. Le gouvernement indonésien a alors contacté AWW et son partenaire afin de récupérer le contenu du bateau.

"Le navire de commerce chinois a coulé à plus de cinquantaine de mètres de profondeur, à environ 150 km au large des côtes indonésiennes", a indiqué AWW dans un communiqué. Ce naufrage est survenu vers 1580, durant le règne de Wanli (1563-1620), treizième empereur de la dynastie Ming.

Le PDG d'AWW, Nikolaus Count Sandizell, a précisé que les opérations de récupération de la cargaison allaient débuter dans les prochains mois. 

"Ce navire, particulièrement imposant pour la fin du XVIème siècle, rend ce projet unique au point de vue culturel, historique et commercial", a-t-il ajouté. "Selon les experts, la valeur de la cargaison pourrait atteindre 70 millions de dollars".

L'épave est surveillée afin de prévenir d'éventuels pillages.

Arqueonautas affirme avoir découvert plus de 300 épaves au large de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique du Sud.

Des milliers de navires ont fait naufrage au large de l'Indonésie, point de passage entre le monde arabe et l'Asie à l'époque où les échanges commerciaux étaient florissants entre les deux régions. Les ports des îles de Java et de Sumatra étaient alors extrêmement fréquentés.

La Chine a fait part de son intérêt pour récupérer une partie des trésors, souvent composés de pièces chinoises, qui sont remontés à la surface.

Un site sur l'épave (en anglais)

 Wanlicargouwcover

 

 

Céramiques Ming
 

Sous les Ming (1368 - 1644), les céramiques « blanc de Chine », la poterie de terre naturellement rougeâtre de Yixing au Jiangsu, volontairement non vernie, et les pièces peintes de couleurs brillantes de Fahua au Shanxi sont connues. Les pièces en « bleu et blanc » des ères Yongle, Xuande et Chenghua de la dynastie Ming sont particulièrement renommées.

Porcelaine Ming «bleu et blanc»

Porcelaine Ming

On considère généralement que la dynastie des Ming a été l'âge d'or de la porcelaine «bleu et blanc».

Jusqu'à la dynastie des Ming, et depuis les Tang, la couleur bleue des céramiques provenait du cobalt exclusivement importé du Moyen-Orient. Mais, au début de la dynastie des Ming, on découvrit du cobalt en Chine; il était un peu différent du cobalt persan, car le cobalt chinois contient un peu de manganèse, et donne en conséquence un bleu un peu moins pur. Aussi les potiers chinois mélangeaient-ils le cobalt chinois avec du cobalt importé. La proportion exacte de cobalt d'origine chinoise a permis de dater de façon assez précise les pièces d'époque Ming. Les plus belles pièces datent du règne des empereurs Yongle (1403 - 1424), Xuande (1426 - 1435), Chenghua (1465 - 1487), et Zhengde (1506 - 1521). L'empereur Xuande, en particulier, s'intéressa personnellement à la céramique, et, à Jingdezhen, une soixantaine de fours étaient en action pour la Cour.

Vers la fin de la dynastie, la production de porcelaine « bleu et blanc » s'intensifia, suite à l'essor de l'exportation: on retrouve des porcelaines Ming « bleu et blanc » en Iran, à Istambul, en Indonésie, au Japon, et en Europe.

 

«Blanc de Chine» 

Statue de Guan Yin, « blanc de Chine » d'époque Ming

La production de « blanc de Chine » d'époque Ming a deux origines : elle vient tout d'abord de Jingdezhen, le grand centre de production depuis l'époque des Yuan, d'où sortent des pièces à la couverte onctueuse, avec parfois un « décor secret » (anhua), qui n'est visible que par transparence.

Mais d'autres « blancs de Chine » sortent des ateliers du Fujian, dans le sud, et proviennent des fours de Dehua : leur style est plus lourd, et la couverte plus empâtée. Mais une question se pose sur les productions des fours de Dehua, qui est celle de leur datation : en effet, il n'est guère possible d'avoir la preuve que ces pièces datent bien de l'époque Ming, car la production à l'identique de « blanc de Chine » à Dehua a duré jusqu'au XVIIIe siècle, pendant la dynastie Qing.

Son aspect très onctueux est lié à l'utilisation d'une argile particulière, blanche, pure, à faible teneur alcaline, appelée le « blanc de lait » ou le « blanc du gros cochon » : cette argile se vitrifie à 1200°C, donnant des pièces à la pâte légèrement molle.

 

 

Sources : AFP - 17/06/2011 à 15:05 ; Wikipédia.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site