Première conférence pour l'école de Thèbes

Première conférence

Première conférence pour l'école de Thèbes.

 

Premier thème abordé, les Dieux d'Egypte.

Première partie : « Dieu, hommes et animaux. Bastet et les momies de chats ».

Bonjour, je suis Galactica et je suis Scribe et Maître Scribe, diplômée de l'école de Memphis. Je ne suis pas allée bien loin pour faire mes études, c'était l'école la plus près de ma maison. J'étais jeune et pas très argentée. Je suis allée à Memphis, mais si je peux enseigner ici, c'est un grand honneur pour moi.

ALors dans le cycle des conférences organisées par Notre Grand Scribe et Maître des Scarabées à tous, j'ai nommé Medjes, je vous annonce plusieurs thèmes dont certains seront scindés en plusieurs séances. Par exemple, le thème des Dieux d'Egypte est bien trop important pour n'en faire qu'une séance. Donc, avec l'accord de notre Grand Scarabée adoré, j'ai décidé de faire plusieurs conférences sur les Dieux d'Egypte et ensuite plusieurs conférences sur différents thèmes.

Bien entendu, je ne ferai que survoler l'ensemble du savoir égyptien et égypticien, qui est vraiment incommensurable et impossible à connaître par une seule personne. Essayer de tout savoir et tout comprendre reléverait de l'utopie et du rêve, d'ailleurs, celui de tous les égyptologues du monde. (^^)

 Bon, je vais commencer par vous parler de ce que je connais le plus. Etant née à Bubastis, ville des chats, je vénère la déesse Bastet, bien sûr. Je ne sais pas pour vous, mais j'adore les chats. J'ai moi-même un chat noir magnifique et une chatte tigrée toute aussi belle et caline. Ils me comblent et surtout ils protègent ma maison, mes silos de blé aussi. Enfin, ils chassent que ce soit les souris, les serpents et tout animal nuisible qui pourrait apporter des maladies et autres vermines chez moi. Tous les ans, nous vénérons la déesse en faisant une fête tellement grande, que tous y viennent, et même de pays lointain par curiosité. Nous élevons des temples et des statues à son éfigie aussi. Elle est présente partout. Même si je vous l'avoue, nous avons beaucoup d'autres Dieux que nous vénérons et craignons tout autant et voir plus.

Mais Bastet est vraiment la mère de notre ville et elle est la protectrice de ses habitants. Nous enterrons nos chats morts de leur mort naturelle en toute solennité, et nous nous rasons les sourcils en signe de deuil. C'est une coutume. Mais, nous faisons aussi des enterrements de chats et chatons que nous embaumons, comme offrande à la déesse. Ces chats vivent au temple et sont élevés par les prêtres qui les préparent pour l'embaumement. Souvent ce sont des artistes en la matière. Certaines momies sont magnifiques pour la déesse.

 Momie de chat musee du louvre g poncet

 Alors en ce qui concerne cette momie de chat, car c'en est une, elle est exposée au Musée du Louvre.

Elle mesure 27 cm de hauteur, large de 6 cm et profonde de 8cm. Et l'intérieur est bien composé de matières organiques, c'est à dire que sous les bandelettes finement enlacées, un chat a été momifié et a été offert à la divinité, Bastet. On appelle ex-voto les offrandes faites aux Dieux.

En dehors des momies d’animaux sacrés associés à une divinité précise dont ils sont l’incarnation vivante tout au long de leur vie, la majorité sont des momies votives dédiées comme offrandes dans les temples des dieux auxquels ces animaux étaient associés.

Le culte des dieux animaux existe en Égypte depuis l’époque prédynastique. Il se développe encore à partir du Nouvel Empire et prend encore plus d’importance à partir de la Basse Époque et ce jusqu’à la fin de l’époque romaine. De cette époque datent de très nombreuses momies de ce type. Offrande dédiée à la divinité, son donateur garderait éternellement un lien avec le dieu. Ainsi offrait-on des chats à la déesse Bastet, des chiens au dieu Anubis, des ibis ou des singes au dieu Thot, etc…

Moins couteux que les ex voto de métal, les pèlerins en faisaient l’acquisition dans les temples où ces animaux étaient élevés. Présentées au dieu du temple par les prêtres, elles étaient ensuite enterrées massivement dans des nécropoles spécifiques réparties dans toute l’Égypte. La qualité de ces momies varie, sans doute en fonction des moyens de leur acquéreur. Les plus belles, comme celle-ci, sont soigneusement enveloppées dans des bandelettes et pourvues de masques en cartonnage peint. Leur examen montre qu’elles ont été délibérément mises à mort, souvent, en ce qui concerne les momies de chat, alors qu’ils n’étaient âgés que de quelques mois.

 

Bastet12

Parmi les centaines de momies de chats, celle-ci a été trouvée ainsi démaillotée et intacte, sur le site du Bubasteion. Cette momie paraît être préparée suite à un décès naturel du chat. Pas comme ci-dessus. On voit la qualité bien inférieure et mauvaise conservation du bandage. La momie est intacte par contre.

Les chats étaient enterrés comme les hommes avec tous les honneurs.

Considérés par les Egyptiens comme la représentation vivante de la divinité, les chats, comme d'ailleurs bien d'autres animaux, recevaient des attentions et des honneurs particuliers. Ainsi, à leur mort, ils bénéficiaient des mêmes rites funéraires que les hommes. Ils étaient momifiés et avaient droit à un enterrement en bonne et dûe forme avant d'être déposés au fond de galeries souterraines qui constituèrent, au fil des temps, de gigantesques cimetières d'animaux.

A Bubastis, les milliers de momies de la nécropole des chats permettent de comprendre la mentalité de l'Egypte tardive. A cette époque, les Grecs occupaient le pays. Ne pouvant lutter, les Egyptiens se réfugiaient dans la pratique de vieilles traditions. Les chats, comme d'autres animaux, incarnaient des divinités plus accessibles que les grands dieux auxquels d'ailleurs on reprochait les malheurs du temps. Alors, au lieu de faire brûler un cierge, on se rendait au temple pour consacrer une momification de chat. Cela impliquait le sacrifice d'un chaton, et tout un rituel encore ignoré.

A l'époque tardive, c'est à dire sous la direction des Grecs puis des Romains, l'Egypte vit un renouveau dans la religion et la momification. Que ce soit dans l'enterrement des hommes comme des animaux. Le culte des Dieux via les animaux se situe aussi dans la statuaire. Les Grecs puis les Romains veulent vivre à l'Egyptienne et adopte les Dieux et les us et coutumes du pays. Ils se font embaumer par exemple et on a pu découvrir des sarcophages à leur image. Sur des bois stuqué, ils ont fait peindre leur visage. Pour quelques-uns que l'on a pu retrouver en bon état.

En conclusion de notre première conférence. J'ai voulu vous parler de Bastet, déesse adorée à Bubastis, ma ville de naissance. On y adore ce dieu et l'une des façon de faire est le sacrifice de chats, avec momification et enterrement. Un cimetière géant y sera consacré où des milliers de momies de chats plus ou moins conservées seront retrouvées.

En Egypte antique, pas que les hommes et femmes étaient momifiés mais aussi des animaux. Notamment ceux qui étaient associés à un culte, à une divinité. On aura l'exemple du taureau sacré d'Apis, les chats, les babouins, les crocodiles et les oiseaux.

En ce qui concerne les oiseaux, tant ont été momifiés qu'il a été estimé que pour l'ibis uniquement, on a évalué à quatre millions de momies. Ces animaux, considère-t-on parmi les chercheurs, auraient été élevés au seul but du sacrifice au sein même des temples. Donc dans le seul but sacrificiel, tués et momifiés. Seront que des ex-voto dédié aux Dieux d'Egypte.

Nous savons de par les archéologues que le taureau d'Apis était vénéré et enterré comme un véritable pharaon. Embaumé, et préparé pour l'enterrement dans une tombe. A la façon d'un membre de la famille royale. cet exemple est édifiant dans le sens que l'animal était voué à un culte. On cherchait un taureau et on le gardait dans un enclos à Memphis, et on l'adulait tel un Dieu vivant.

Le culte des Dieux passait souvent par le culte des animaux qui le représentait. En ayant la statuaire et la momification, les Egyptiens parvenaient à rester en contact direct avec leurs Dieux.

Voilà, la première conférence s'achève. Je pense parler encore prochainement de la façon d'adorer les Dieux en Egypte antique. Si certains veulent plus de détails quant aux explications d'aujourd'hui, je suis tout à fait disposée à les produire dans une ultime conférence sur le thème.

Une prochaine conférence parlera aussi du Nil sacré, en relation étroite avec les saisons et donc du calendrier incroyablement exact des Egyptiens. Sans oublier la crue du Dieu Nil et donc d'Hâpy.

A bientôt et merci de votre attention.

Galactica

 

(publication du 12 décembre 2012)

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 04/07/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×