Sekhmet, la déesse lionne

 

Sekhmet ("la puissante") est la fille du dieu solaire Rê. Originaire de Memphis, elle forme une triade avec Ptah (son époux) et Néfertoum (leur fils).

Elle est représentée comme une femme à tête de lionne coiffée du disque solaire entouré par un uraeus. De sa bouche sortent les vents du désert.
Les lions vivaient dans le désert mais ils s’approchaient souvent des terres habitées pour étancher leur soif. Les Egyptiens redoutaient les lions, ils ont choisi de faire de la lionne (plus redoutable que le mâle) une déesse pour en faire une alliée.
Dans le mythe du cycle solaire, Rê envoie la redoutable Sekhmet sur terre pour mater les hommes. Il doit recourir à une ruse pour arrêter la lionne en furie de détruire toute l’espèce humaine.

Sekhmet peut prendre deux, aspects :
- un aspect destructeur : incarnation de l’oeil brûlant de Rê, elle personnifie les effets destructeurs du Soleil, elle répand les maladies et les épidémies (notamment celles provoquées par les eaux stagnantes des canaux, peu avant l’inondation). Dans le calendrier, Sekhmet avait la maîtrise sur les cinq jours entre le calendrier lunaire (360 j) et le calendrier solaire (365 j), elle lançait alors ses monstres agressifs contre le pays ; les Egyptiens évitaient alors de sortir la nuit et de s’aventurer dans le désert tout en offrant de nombreux sacrifices pour apaiser la déesse.
- un aspect bénéfique : patronne des médecins et des chirurgiens, elle guérit, ses pouvoirs magiques lui permettent de réaliser des guérisons miraculeuses. Dans son aspect paisible, Sekhmet est souvent associée à la déesse chatte Bastet.
Elément féminin et fécond, Sekhmet enfante le roi qu’elle protège dans ses combats en lançant des flèches incandescentes.
Pour se concilier Sekhmet, les prêtres récitent des prières et des litanies. A Karnak, pour la déesse Mout, Aménophis III fit ériger plusieurs centaines de statues en granit noir de la lionne Sekhmet assimilée à Mout.

 

Sekhmet

 

  Sekhmet dans son rôle protectrice.

Les gardiens des portes, de gauche à droite : Khnoum (tête de bélier), Sekhmet (tête de lionne). Chacun tient un poignard pour défendre la tombe des mauvais esprits.

Tombe de Néfertari.

Dans les tombes, les rois faisaient placer 365 statuettes de Sekhmet afin de faire d’elle leur protectrice contre les ennemis de l’au-delà. On inscrivait une prière sur chacune des figurines afin qu’elles soient favorables chaque jour de l’année.

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 17/10/2011

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site